Menu

Le besoin des contrôles de sobriété

La conduite en état d’ivresse est un des plus grands problèmes de la circulation routière en Suède. Afin de lutter contre celui-ci, un projet pilote est entrepris au port de Stockholm avec la mise en place de contrôles de sobriété. Le terminal allemand de Stena Line était le premier à participer à cet essai ciblé sur les poids lourds. Maintenant, l’objectif dans le port de Stockholm est de contrôler tous les véhicules qui débarquent des ferrys.

bengt

Les conducteurs sous l’empire d’un état alcoolique arrêtés par une nouvelle technique. Bengt Svensson, Commissaire de police, Conseil de la Police Nationale.

liza

La nouvelle technologie rend le test simple et sans contact direct avec l’embout. Liza Jakobsson, coordinatrice nationale, Trafic sobre, administration suédoise des transports.

arnew

Les barrières anti alcool sont intéressessantes en dehors des frontières de la Suède. Arne Winerdal, président de l’association suédoise des conducteurs abstinents (MHF).

sven

Un nouvel éthylotest – une révolution pour la sécurité. Sven Gunnar Olsson, Servotek.

jonas

Nous croyons absolument à cela. Jonas Larsen, spécialiste national, contrôles de conduite en état d’ivresse de la douane suédoise.

Les conducteurs sous l’empire d’un état alcoolique arrêtés par une nouvelle technique

Entretien avec Bengt Svensson, Commissaire de police, Conseil de la Police Nationale.

L’utilisation du nouvel instrument de la police implique l’arrêt de tous les conducteurs à une barrière anti-alcool dans le port de Stockholm. On leur demande de souffler fort dans un embout. C’est simple ; on souffle comme pour éteindre une bougie. Deux secondes plus tard, l’analyse est prête : au-dessus ou en-dessous du seuil légal de 0,10 mg d’alcool par litre d’air expiré ou 0,2 pour mille dans le sang.

Début septembre, démarre tous azimuts un projet qui arrêtera les conducteurs alcolisés qui arrivent des ferrys et quittent le port en direction des routes suédoises.

Le commissaire Bengt Svensson, le plus haut responsable de la sécurité routière en Suède, est confiant envers la nouvelle technique pour le démarrage de l’essai des contrôles automatiques de sobriété à la fin de l’été 2014. L’effet de ces nouveaux contrôles de sobriété devrait être évident, dit-il.

-Aucun conducteur en état d’ébriété ne peut passer à travers ce contrôle, insiste Bengt.

La fiabilité de ces nouveaux éthylotests avec une technologie infrarouge avancée est convaincante et ils montrent de très bons résultats, fait remarquer Svensson. Le laboratoire médico-légal de Suède, à la suite de très minutieux contrôles, a constaté que la nouvelle technique de mesure est de haute qualité et donne des résultats exacts.

– Notre objectif principal est de pouvoir contrôler tous les véhicules, même les voitures particulières.

L’essai des contrôles automatiques de sobriété va durer quelques mois et le but est de contrôler tous les conducteurs. Svensson pense que ce nouveau et efficace contrôle de sobriété aura aussi un effet préventif, puisque on trouvera sur les bateaux des informations sur l’obligation des conducteurs de passer, dans le port, un contrôle d’alcoolémie avant de prendre la route.

– Cela serait une grave erreur de boire trop d’alcool et ensuite de quitter le ferry pour le port sachant qu’il y a un contrôle automatique de sobriété dans celui-ci. On peut espérer qu’ils soient raisonnables et restent sobres, dit Bengt Svensson.

L’essai des contrôles de sobriété dans le port de Stockholm est un projet en collaboration avec les autorités comme la police, la douane suédoise, l’administration suédoise des transports et la garde côtière, de même qu’avec la société de technologie Servoteket et pour le moins l’association suédoise des conducteurs abstinents (MHF) qui a pris l’initiative du projet et qui le gère. Le projet est soutenu également par l’Administration nationale suédoise des Transports (Trafikverket) qui le finance en partie.

– Dans une expérience comme celle-ci, doivent être présentes des personnes enthousiastes comme le directeur de projet Tomas Jonsson de la MHF, mais aussi des personnes qui servent de freins, comme moi. Il faut se rencontrer à mi-chemin. La collaboration s’est bien passée, constate le commissaire de police Bengt Svensson.

– En Suède, nous sommes assez bons pour coopérer entre autorités publiques et organisations non-gouvernementales, mais nos contacts internationaux ne sont pas habitués à notre façon de travailler et ils sont d’autant plus surpris par notre partenariat.

Nombreux sont ceux qui s’inquiètent que le contrôle de sobriété risque de créer de longues queues de véhicules dans le port, mais Bengt Svensson ne partage pas cette inquiétude. Suite à l’essai à Göteborg nous avons une bonne connaissance du temps entre le débarquement et le départ du port. Le trafic en dehors du port de Stockholm est déjà dense, ce qui permet le contrôle de tous les véhicules sans créer de queue supplémentaire.

Back to the top

La nouvelle technologie rend le test simple et sans contact direct avec l’embout

Entretien avec Liza Jakobsson, coordinatrice nationale, Trafic sobre, administration suédoise des transports.

– La technologie de la prochaine génération pour mesurer le taux d’alcoolémie chez un conducteur est sans aucun doute la technologie infrarouge qui est utilisée dans le projet de contrôle automatique de sobriété. Le développement en a fait une technologie de haute qualité simple et rapide qui s’applique maintenant à différents systèmes. C’est très positif, le contrôle automatique de sobriété est une bonne solution qui complémente les éthylotests anti-démarrage et les autres mesures de prévention, dit Liza Jakobsson, coordinatrice nationale de Trafic sobre de l’association suédoise des transports.

Quand les ferrys arrivent au port de Stockholm, ils doivent être déchargés en 30 à 45 minutes de 20-30 véhicules lourds et 200-300 véhicules individuels. Avant que les véhicules arrivent devant le contrôle de sobriété, ils doivent de deux files se répartir sur 6 files de contrôle et ensuite se regrouper sur une seule file. Cela ne causera-t-il donc pas des embouteillages?

– Nous estimons que cela ne posera pas de problème mais que cela devrait plutôt bien se dérouler. Après la station de contrôle, le trafic ralentit habituellement pour s’insérer dans la circulation de Stockholm, ce qui fait que nous auront le temps de contrôler tous les conductueurs, estime Liza Jakobsson.

– La nouvelle technologie rend le test simple et sans contact direct avec l’embout. Le conducteur devra souffler devant une embouchure. Deux secondes plus tard, le résultat est là: au-dessus ou en-dessous du seuil légal de 0,10 mg d’alcool par litre d’air expiré ou 0,2 pour mille d’alcoolémie dans le sang.

Il y a sept ans, un chauffeur routier hongrois de 46 ans arriva du ferry à Trelleborg. Avec un taux d’alcoolémie de 0,2 pour mille, il conduisit son poids-lourd de 30 000kg en direction de Malmö. Cela sur le mauvais côté de la route!

Cela se termina par une collision frontale. La maman, le papa, et les deux enfants, Elliot 17 jours et Teodor 19 mois sont morts sur le coup. Une autre personne fut également tuée. La question est de savoir si ce tragique accident arrivé près de Svedala aurait pu être évité grâce à la technique infrarouge qui sera maintenant utilisée dans le port de Stockholm.

– Absolument, dit Liza Jakobsson.  Si tous les conducteurs avaient été contrôlés, il n’aurait pas pu quitter le port avec un tel taux d’alcoolémie dans le sang, affirme Liza Jakobsson. Grâce à l’information à propos des contrôles automatiques de sobriété diffusée avant et pendant le voyage, nous espérons susciter des discussions et augmenter la prise de conscience sur ce qui se passe maintenant dans le port. Les conducteurs qui passeront le contrôle deviendront ainsi les “messagers” du systèmes.

L’ensemble du projet montre une bonne collaboration entre les différentes autorités et les autres partenaires afin d’améliorer la sécurité routière. L’importance de cette mesure est de sauver des vies et de prévenir des accidents impliquant des blessés graves.

Le projet est mené en coopération avec la police, la douane, l’administration suédoise des transports, la garde côtière, de même qu’avec la société de technologie Servoteket et l’association suédoise des conducteurs abstinents (MHF) qui dirige le projet. Le projet est financé en partie par l’Administration nationale suédoise des transports (Trafikverket).

Back to the top

Les barrières anti alcool sont intéressessantes en dehors des frontières de la Suède

Entretien avec Arne Winerdal, président de l’association suédoise des conducteurs abstinents (MHF).

-Notre essai avec les barrières anti alcool à Göteborg en 2013 a succité beaucoup d’intérêt et a démontré que le système fonctionne : la circulation est fluide à travers le contrôle, la mesure est rapide et précise, en cas de contrôle positif il y a sur place du personnel qui peut intervenir rapidement et arrêter les personnes avec une alcoolémie trop élevée.

Arne Winerdal, président de MHF, constate que la majorité des réactions sont positives pour l’ouverture des barrières anti alcool dans le port de Stockholm.

Les six barrières du port vont contrôler 20-30 camions et 200-300 véhicules individuels qui débarquent de chaque ferry. L’essai à Göteborg a démontré que le flux de circulation n’est pas ralenti par ces contrôles.

–Nous avons récemment discuté avec tous les partis politiques du gouvernement suédois. Ils sont tous favorables aux contrôles automatiques de sobriété de MHF, dit Arne Winerdal.

Cela parait simple de voir avancer une voiture jusqu’à la station de contrôle. Le conducteur souffle et après quelques secondes la barrière s’ouvre et le contrôle de sobriété est terminé.

-Mais il y a plusieurs années de travail de développement derrière cette technologie. Nous coopérons avec une entreprise à Skåne. (Servotek AB) qui a créé la technique de contrôle rapide et précise. Ce sont des rayons infrarouges et de puissants ordinateurs qui rendent le contrôle si simple.

MHF a reçu des réactions positives des transporteurs, des autorités, du gouvernement et des organisations des conducteurs après le lancement des contrôles automatiques de sobriété.

– L’association nationale des conducteurs (Motormännens Riksförbund) qui compte plus de 110 000 membres, nous a décernés un prix pour cette initiative. Personne ne souhaite qu’on laisse entrer sur le territoire suédois des conducteurs ivres qui débarquent des ferrys, dit Arne Winerdal.

Maintenant, le but pour MHF est d’installer des barrières anti alcool dans tous les ports suédois dès la fin de l’essai à Stockholm fin 2014.

–Cela permettra de sauver de nouvelles vies sur les routes suédoises, pense Arne Winerdal. Si seulement un conducteur sur 170 a été arrêté à Göteborg avec une alcolémie positive, cela reste très important pour la sécurité routière.

Au fil des années, grâce au travail de MHF sur l’opinion contre l’alcool au volant, le nombre de morts sur les routes a fortement baissé. Cela cause encore environs 60 morts par an.

– C’est encore une personne par semaine qui paie de sa vie pour rien.

En Europe, le problème est encore beaucoup plus important. Chaque année, dans l’Union, environ 6000 personnes meurent à cause de l’alcool au volant.

–L’essai suédois avec les barrières anti alcool a retenu beaucoup d’attention parmi les experts en sécurité de la circulation à Bruxelle. Pendant l’ automne 2014, ces experts viendront au port de Stockholm étudier le fonctionnement des barrières anti alcool en pratique.

Back to the top

Un nouvel éthylotest – une révolution pour la sécurité

Entretien avec Sven Gunnar Olsson, Servotek.

L’action de souffler dans un éthylotest est confrontée à une révolution. Sven Gunnar Olsson, fondateur de Servotek, a élaboré un appareil pour tester l’haleine qui rend le procédé plus simple, plus rapide et plus fiable. À la fin de l’été, il sera associé avec une barrière anti-alcool, dans le port de Stockholm. Dans l’avenir, il pourra être utilisé sur des lieux de travail sensibles ou lors de grands événements.

Sven Gunnar Olsson est le père de l’appareil respiratoire moderne et fut nommé pour cela, docteur honoris causa en médecine. C’est la compétence acquise lors de cette expérience qui a conduit à ce nouvel éthylotest qui sera lancé en association d’une barrière anti-alcool dans le port de Stockholm à la fin de l’été. Une mesure qui ne prend que quelques secondes à faire.

Lorsqu’un chauffeur quitte le ferry, il passe devant une barrière équipée de l’éthylotest Servotek. Le conducteur doit faire un test de l’haleine (voir photo). Le test ne prend que quelques secondes. Avec cette nouvelle technique, une petite bouffée d’air est suffisante. Il n’y a même pas besoin de contact physique avec l’embout. Si le conducteur est sobre, la barrière se lève.

Si quelqu’un a un taux d’alcoolémie trop élevé, un second test est effectué avec un instrument de mesure de la police.

La nouvelle méthode de mesure donne d’aussi bons résultats que la prise de sang, dit Sven Gunnar Olsson, et il en présente les avantages :

  • L’instrument donne une mesure plus exacte du niveau d’intoxication comparé avec les autres méthodes disponibles aujourd’hui.
  • Le test ne nécessite pas de contact ou d’effort physique, et aucune pièce de rechange.
  • Un appareil peut analyser jusqu’à 600 personnes par heure.
  • La mesure est complètement automatique et s’effectue sans assistance. Le résultat est affiché sur le lieu du test et/ou à une position distante.

Il n’y a pas suffisamment de place ici pour expliquer le procédé en entier, mais la technique est basée sur le fait que l’analyseur réagit à la relation entre l’alcool et l’eau plutôt qu’aux concentrations absolues pour ses calculs. Parce que l’alcool et l’eau sont aussi sensibles à des facteurs tels que la température, le résultat final n’est pas affecté et est donc très stable.

Une mise en usage au mois d’ août

MHF a longtemps chérit l’idée des barrières anti-alcool et vers la fin de l’été, cette fois ci elles vont être mises en service à Stockholm, utilisant la technologie de Servotek, et Sven Gunnar Olsson voit de grandes possibilités d’utilisations et d’applications pour le futur.

– C’est une question de sécurité pour tout le monde, dit-il. L’appareil peut être utilisé sur des lieux de travail sensibles comme les aéroports, pour aussi bien les pilotes que les passagers.

– La méthode est déjà utilisée par de nombreuses compagnies de transports publics et est une alternative à l’éthylotest qui nécessite de la maintenance, des pièces de rechange et des calibrages.

– Elle peut également être utilisée lors de grands événements où il y a foule. Cela contribuerait beaucoup à la sécurité, avance Sven Gunnar Olsson.

– Une révolution pour une meilleure sécurité.

Back to the top

Nous croyons absolument à cela

Entretien avec Jonas Larsen, spécialiste national, contrôles de conduite en état d’ivresse de la douane suédoise.

– J’ai grande confiance en cette nouvelle technologie. Ce test où l’on souffle une bouffée d’air dans un embout et qui donne le résultat en 2 à 3 secondes, est une vraie révolution comparée aux techniques utilisées aujourd’hui, dit Jonas Larsen, spécialiste national des contrôles de conduite en état d’ivresse de la douane suédoise. L’attente est grande chez les autorités, les associations et les entreprises qui sont derrière l’essai de contrôle automatique de sobriété qui va commencer au port de Stockholm à la fin de l’été 2014 : tous les véhicules seront contrôlés. Si cela fonctionne comme il se doit, il est prévu d’introduire des éthylotests automatiques dans tous les ports de Suède.

– Nous croyons absolument à cela, dit Jonas Larsen qui souligne qu’il y aura beaucoup d’information à bord des bateaux à propos des contrôles de sobriété qui attendent les chauffeurs à la sortie du ferry.

– Mais cela ne sera peut-être pas parfait lors du premier essai, dans ce cas, il faudra affiner le test, dit Larsen.

– Le test implique que le conducteur souffle dans un embout pendant 2 à 3 secondes. Cela devrait suffire. Cela paraît formidable comparé à la technique actuelle qui oblige à souffler dans un appareil tout en vidant ses poumons d’air. La nouvelle technique rend le procédé bien plus simple. Elle semble également être très fiable, remarque Jonas Larsen.

L’association suédoise des conducteurs abstinents (MHF) dirige le projet mais la responsabilité principale incombe à la police.

Même si Jonas Larsen, de la douane suédoise, pense que le contrôle automatique de sobriété est un très bon projet, il n’en tire pas pour autant des conclusions trop hâtives. Il estime, en effet, qu’il reste des certaines interrogations, notamment en ce qui concerne l’absence de personnel sur les lieux et la documentation des véhicules quittant le port.

– L’essai va avoir un très grand effet préventif, puisque les chauffeurs savent qu’ils doivent tous passer un éthylotest. Selon Larsen, c’est cela qui aura le plus d’impact.

Back to the top

Quelques faits sur la conduite en état d’ivresse en Suède

  • Tous les jours, il y a plus de 12 000 conduites en état d’ivresse – environ 4,6 millions par an.
  • Dans certains ports, l’alcool au volant est deux fois plus présent que dans le reste du trafic routier.
  • Dans certains ports, la situation est si sérieuse qu’un conducteur controlé sur 62 est arrêté pour délit de conduite sous l’emprise d’un état alcoolique ou pour conduite en état d’ivresse aggravée.
  • Chaque semaine, meurt une à deux personnes à cause de l’alcool au volant.
  • Chaque année, plus de 1 000 personnes sont gravement blessées à cause de la conduite en état d’ivresse.

Qu’en pensez-vous?
Que pensez-vous du fonctionnement du contrôle de sobriété du port de Stockholm? Appuyez sur le lien et remplissez l’enquête d’évaluation. Vous pouvez également trouver cette enquête à bord des ferrys. Comme remerciement, vous pouvez gagner un abonnement d’un an au magazine Motorföraren.

Back to the top